Rechercher
  • Patricia Rogier - Educatrice canin à Avignon

Il était une fois un chien : légendes et mythes canins

Dernière mise à jour : 15 janv. 2021

Les chiens sont devenus si proches de nous au cours du temps que nous pouvons parfois penser qu'ils nous comprennent et se comportent comme nous. En un coup de baguette magique, faisons disparaître ces légendes et mythes canins qui polluent nos relations !


Je dois le punir et lui mettre le nez dedans pour qu’il comprenne

FAUX, à part le traumatiser vous n’obtiendrez rien de lui et surtout pas la modification de son comportement. Il n’a pas la capacité d’associer votre réaction au fait qu’il a fait ses besoins au mauvais endroit ou au mauvais moment. Pire, l’incompréhension et le stress le conduiront certainement à recommencer.

La gestion des besoins physiologiques doit être le premier des apprentissages. Commencez l'éducations dès son plus jeune âge en le sortant souvent (toutes les 2h), après ses repas, à chaque réveil. N'oubliez surtout pas de le féliciter lorsqu’il fait ses besoins à l’extérieur, avec une récompense par exemple. Il fera vite l’association et le tour sera joué !


Je dois être le chef de meute

FAUX, vous êtes un humain et lui un chien, vous ne formez donc pas une meute, désolée. Par contre, vous formez une superbe équipe ! Devenez celui en qui il a confiance, qui ne le trompe et ne le trahit jamais, soyez son référent. Fonctionnez en coopération plutôt que d’obtenir sa soumission par la peur.


Mon chien est dominant, mon chien veut me dominer

FAUX, la dominance n’est pas un trait de caractère et la dominance interspécifique (entre espèces différentes) n’existe pas. Cette idée archaïque vous empêche de prêter attention aux réelles motivations du chien et de l’incompréhension nait le conflit.


Il a de l’espace, le jardin est suffisant

FAUX, le chien est un animal social qui a besoin de présence et d’interactions. Il est primordial pour lui d’explorer, de découvrir de nouveaux lieux, de renifler de nouvelles odeurs, de rencontrer des congénères. Son corps a besoin d’activité physique et son esprit d’être stimulé.


Il sait qu’il a fait une bêtise, je le vois dans son comportement

FAUX, le concept de « bêtise » est étranger au chien. Ce ne sont des bêtises que par rapport à nos règles et notre référentiel humain. Le regard que nous croyons coupable tend plus à tenter d’apaiser nos cris et notre mécontentement qui le mettent mal à l’aise, voir le heurtent, qu’à une quelconque notion d’avoir mal fait.

Il ne connaît pas le bien et le mal, mais il comprend très bien quand il est en sécurité ou en danger. Soyez son tuteur protecteur, ne soyez pas un danger.


Il fait ça pour se venger ou pour nous embêter

FAUX, comme pour la « bêtise » le chien ne connaît pas la vengeance. L’ennui, le stress ou la frustration sont les causes principales des dégradations. Cela exprime un mal être et en aucun cas une intention de nuire.


Méfions nous des idées reçues et de l’anthropomorphisme bien mauvais conseillers.

Soyons attentifs à eux comme ils le sont à nous, essayons de comprendre leur vision du

monde et de notre société comme ils le font pour vivre à nos cotés.



Source : La Compagnie de Chiens - Patricia Rogier

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout